FLOX, cherche et apporte !

FLOX, cherche et apporte !

Où se former au troupeau

 

   Gérard Amoros dans l'Ain et Colette Caillot* dans le Calvados sont deux picardiers qui ont mis leur mode de vie en harmonie avec leur passion, en vivant picard-troupeau au quotidien. Une centaine de moutons chez soi, ce n'est pas rien ! Ils sont une des vitrines de notre race, par leur participation aux concours au côté des borders.

   Tous deux, en organisant des journées troupeau, mettent leur expérience au service des maîtres qui voudraient découvrir leur chien dans son activité naturelle et atavique.

 

   Les sites de Gérard :

 

   http://picards-et-troupeaux.allmyblog.com/

 

    Facebook

 

 

    Le troupeau ayant actuellement le vent en poupe, on trouve maintenant de nombreux formateurs à titre lucratif un peu partout, agréés ou non, pratiquant des tarifs plus ou moins raisonnables ou élevés, et dont la compétence est plus ou moins adaptée au Picard. Mais ce qui vaut le déplacement, c’est de se rendre chez des personnes qui travaillent elles-mêmes avec des picards. Il faut souligner que les actions de Colette et Gérard sont entièrement bénévoles et la participation très modique. Et qu'elles sont garanties convenant au  Picard !

 

   Toutefois, il ne faut pas se faire trop d’illusions. Sachant qu’il faut compter deux ou trois entraînements par semaine, sinon plus, pour progresser de façon significative dans une discipline, on ne peut espérer atteindre un certain niveau sans posséder soi-même des brebis, ou au moins sans voisiner de près avec un formateur valable, les déplacements restant coûteux en temps et argent. On dépassera très difficilement le niveau 1. Il faut non seulement faire travailler son chien, mais apprendre d’abord soi-même à connaître les moutons. Le chien généralement en sait plus que le maître, mais encore faut-il qu'il reçoive les bons ordres ! « Là, Môman, tu te trompes, ça va pas ! Qu’est-ce que je fais, moi ? J’obéis ou pas ?»

 

   Il reste donc le plaisir de découvrir son chien dans ses aptitudes naturelles, d’essayer d’arriver, en harmonie avec lui, à un petit quelque chose comme un brin de conduite ; un peu plus si on se passionne pour cette activité : le plaisir de progresser. Le plaisir de passer de bonnes journées, si on ne craint pas de mettre les pieds dans la boue. A condition de rester modeste dans ses objectifs.

 

 

*NB. Colette Caillot a, depuis, cessé ses activités de formation au troupeau.

 

 

__________________________

 

Sommaire Flox AU TROUPEAU

 

Premières rencontres avec les brebis

Chez Colette

Encore les moutons de Colette !

Rencontre picards-troupeau chez Colette Caillot : 24 juin 2012

Où se former au troupeau

 


 



06/09/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres