FLOX, cherche et apporte !

FLOX, cherche et apporte !

Le ring

 

 

   Le ring est une discipline hautement sélective, qui vise à mettre en valeur et améliorer les qualités athlétiques et mentales du chien. Cette sélection se pratique tout particulièrement au sein d’une race, la plus représentée en concours : le berger belge malinois.

 

   Le ring n’en reste pas moins accessible au picard, chien polyvalent. Quelques individus ont ainsi pu concourir à haut niveau, parvenant même en finale du championnat de France. Citons IGREC DU BOIS DE L’ERABLE, finaliste en 1978, un picard qui a marqué bien des esprits, et dont les anciens du ring se souviennent encore, VICO DE COLUMELLE ring 3, INCA d’ELLIPSE invité à la finale 2001. Mais très peu de picards actuellement pratiquent cette discipline, à la fois exigeante et équilibrante pour le chien.

 

 

 

ORIGINE DE LA DISCIPLINE

 

   Avec le déclin du pastoralisme, il devenait difficile de sélectionner les chiens de berger sur leurs qualités naturelles. Des épreuves ont alors été créées pour qu’ils puissent continuer à mettre en évidence leurs qualités caractérielles et sportives :  COURAGE dans les épreuves de mordant sur un homme tirant des coups de feu ou armé d’un bâton, APTITUDES ATHLETIQUES dans les sauts, SOUPLESSE DE CARACTERE dans les exercices d’obéissance. L’organisation de concours sur terrain clos ou ring remonte aux années 1900, en Belgique, puis en France.

 

 

 LES EPREUVES

 

    a)  Elles commencent par les sauts :

   -   Saut de haie (de 0.90 m à 1.20 m

   -   Saut en longueur (de 3 m à 4.50 m)        

  -  Palissade à escalader (de 1.70 m à 2.30 m)

 

   b)  Puis viennent les exercices d’obéissance, ou « plat » : suite en laisse, suite sans laisse muselée, positions à distance, absence du maître, refus d’appâts, différents rapports d’objets, envoi du chien en avant.

 

    c)   Les épreuves de mordant

          Elles comportent  des attaques sur un « homme assistant » ou « HA » en costume rembourré et représentant un malfaiteur, armé d’un bâton ou tirant des coups de feu, et tentant d’esquiver le chien. Au signal du juge, il doit y avoir cessation instantanée et retour au pied. Les « tarde à prendre », « changement de prise », « tarde à décrocher », sont pénalisés. On distingue l'attaque de face, l'attaque sur l’HA en fuite, l'attaque arrêtée par le conducteur juste avant que le chien morde.

         Le chien doit pratiquer la garde au ferme : rester en vigilance au pied de l’HA immobile et le mordre à toute tentative de fuite.

         Pendant la recherche et conduite, il cherche l’HA dissimulé dans une des caches du terrain, signale sa découverte en aboyant, mord à sa tentative de fuite, et l’accompagne sur le terrain, une fois désarmé par le conducteur, en le mordant au plus vite à chaque fuite.

         Lors de la défense du maître, le chien doit mordre l’HA au moment précis où il agresse le maître.

         Il lui faut aussi garder un panier que l’HA essaie de lui subtiliser par ruse : c’est la garde d’objet. 

 

   Le nombre et la difficulté des exercices vont croissant avec les niveaux : brevet, 1, 2, 3. Ainsi le brevet comporte 2 exercices de mordant, l’échelon 1 en comporte 4, il n'y a pas de saut au brevet, un seul au choix en échelon 1, 2 en échelon 2, etc.

 

 

QUALITES REQUISES ET DEVELOPPEES

 

   Le travail en ring ne rend pas le chien agressif et dangereux, mais tout au contraire permet de vérifier sa stabilité émotionnelle. Mon picard FLOX mord avec délectation, et sur ordre ou autorisation seulement, la toile qui protège l’HA, mais n’agresse ni l’humain, ni les autres chiens même mâles, et respecte les moutons ! Une fois sorti de l’entraînement, il est des plus zen. A l’inverse, bien des chiens dits agressifs n’ont jamais pratiqué le mordant sportif.

 

   Car un chien qui concourt dans des disciplines incluant des épreuves de mordant est un animal sportif, rapide, courageux et combatif, il est également équilibré, capable de se contrôler, de réagir au quart de seconde, de respecter les règles fixées, disponible au travail et réceptif au maître ; il lui faut aussi supporter le stress et les contraintes de l’entraînement.

 

   Un picard peut posséder ces qualités et les développer !

 

 

 

CONDITIONS

 

   Il faudra tout d’abord choisir soigneusement le chiot : il n’y a pas de lignées de travail dans notre race, mais plutôt des familles dans lesquelles les chiens ont travaillé. Pas de sélection sur le mordant, alors qu’un chiot malinois sort du ventre maternel tout déclenché ! 

 

   Il faudra ensuite travailler avec doigté et psychologie sans lasser, mais aussi avec fermeté sans brutalité ; et en utilisant une technique adaptée dans le mordant : c’est l’affaire de l’HA. Mais un picard n’est pas un extra-terrestre et dévoile son mode de fonctionnement à qui veut bien l’observer. Il est trop simpliste de le dire têtu, à l’humain de s’adapter. Avec la maturité arrivant et la progression dans le dressage, les « picarderies », ces fantaisies qui font parfois rire, s’estomperont peu à peu.

 

   Car il faudra être patient, et « cent fois sur le métier, remettre son ouvrage ». Un berger français n’est pas la précocité même, et il réfléchit au lieu d’obéir bêtement. Mais il est plus intéressant de découvrir ses clés que de suivre un mode d’emploi tout tracé !

 

   Alors, si vous n’êtes pas rongé par la championnite, si vous n’avez pas pour seul souci de « faire des points », pourquoi ne pas essayer ? Bien des picards sans doute ont gardé la capacité de décrocher un brevet de ring. Encore faut-il qu’on leur donne l’occasion de le montrer.

 

 

 

OU PREPARER SON PICARD EN RING

 

   Quand ma petite Noisette du Domaine d'Utopie est arrivée en 1997, je me suis adressée, sur le conseil avisé de Françoise Quinton, à Gilles Ponce, qui conduisait alors Fizzy de Roc Salvador en ring 2 (ainsi que campagne 2 et pistage 3). Il avait lui-même d’autres picards, qu’il avait travaillés au mordant, et, en tant que professionnel, en recevait quelques-uns en éducation : il connaissait donc bien la race. Je l’ai ainsi écouté me parler longuement du picard. Je travaillais parallèlement agility et pistage français en club.

 

   Puis il y a eu Rik de Blanche Laine, le fils que j’ai gardé de Noisette, en club pour le pistage français, mais chez Gilles Ponce, pour le ring et campagne.

 

   Même scénario avec Flox du Domaine de Sursaint : concourant en pistage français 3, je l’entraîne avec les copains du club ; mais, pour le mordant, GILLES est à présent à 200 km : après le brevet de ring, je me suis rendue chez un professionnel plus proche, expérience décevante que j’ai arrêtée récemment en retrouvant un professionnel sérieux et expérimenté, qui reçoit aussi d’autres bergers français. Un HA, lors d’un concours de campagne auquel nous participions, m’a également proposé de m’inscrire dans son club, où il est tout disposé à s’occuper d’un picard. J’y réfléchis. J’avais déjà eu une telle invitation pour mon picard précédent.

 

   Ces précisions car il faut savoir que, même si dans un club, on vous a signifié un jour que seul le malinois y est bienvenu en ring, il existe cependant aussi des personnes prêtes à s’investir, bénévolement ou non, pour un picard. Mais il faut les chercher et être prêt à se déplacer.

 

 

 

 LES PLAISIRS

 

 

   Il vous arrivera alors même très certainement d’être reçu à bras ouverts en concours avec votre exemplaire rare qui suscite l’intérêt : mais oui, m’sieur, un picard, ça mord et ça saute, lui aussi ! A défaut d’avoir un champion, vous ne serez pas, comme tant d’autres, un mec ou une nana avec un malou, mais le mec ou la nana avec LE picard. J'ai obtenu un jour une place en concours hors de ma régionale, le nombre de concurrents étant limité, parce que Rik était un picard !

 

   Vous pourrez aussi affronter chaque année, en concours spécial bergers français, nos cousins beaucerons et briards, ainsi que bouviers des Flandres, venus parfois de loin, avec lesquels, en tant qu’ « exotiques », on se sent bien solidaire : l’ambiance ne manque pas d’y être chaleureuse.

   Ces petits plaisirs s’ajoutant à celui, immense, de découvrir ce dont est capable votre picard, sans oublier celui de la complicité que vous aurez tissée avec lui au fil des entraînements. Quant à lui, le côté ludique et motivant du mordant sportif lui fera accepter les contraintes de la rigueur. Vous aurez mis en évidence ses qualités et acquis en même temps la maîtrise de votre chien, et ce dernier point n’est pas négligeable 



02/06/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres