FLOX, cherche et apporte !

FLOX, cherche et apporte !

Le dressage

 

   Distinguons d'abord éducation et dressage. L’éducation vise à faire de nos chiens des compagnons sociables, obéissants, et qui se tiennent correctement en toutes circonstances. Le dressage les rend aptes à exercer une activité précise dans le cadre de la compétition ou d’une profession : mordre, pister, conduire un troupeau, lever le gibier ou le rapporter etc.

 

   La méthode dite « naturelle », à la mode, ne donne d’emprise que sur des chiens faciles et dociles, très peu sur ceux qui opposent davantage de résistance, et aucune sur le chien destiné à « travailler ».

 

   Ce dernier doit être convaincu qu’exercice bien exécuté = récompense, joie, plaisir et que travail mal ou non fait =  ennuis et désagrément. Qu’il n’a pas le choix, et qu’il est de son intérêt de faire au mieux.

 

   Le gronder est inutile, mais on recommencera l’exercice autant de fois qu’il le faut sans lâcher prise : il n'aura la paix qu'après avoir coopéré. Eventuellement il rejoindra directement sa cage, n’aura pas sa gamelle…


   Si on se contente de la carotte, le chien « travaillera » seulement quand ça lui chante : pourquoi en effet ne pas se montrer capricieux ou têtu quand on ne risque rien ? Ainsi, le dressage se fonde sur une alternance subtile de récompenses et de punitions.
 

 
Ne peut-on pas admettre que le chien puisse avoir, comme nous, des jours de grande forme et des jours où il est moins attentif, moins "aux ordres" pour x raisons ?


    NON ! En dehors du cas où le chien est réellement malade, blessé, et souffre (dans ce cas on arrête tout !), on ne peut VRAIMENT PAS admettre un tel principe. Si on observe une baisse de forme, on rend l'exercice plus facile ou on ne le fait pas. Car tout ce qui a été demandé DOIT être exécuté avec bonne volonté en s'approchant le plus possible de la perfection. Pas d'approximation et tolérance zéro, c'est la clé du dressage. A condition aussi de cibler ses exigences sur ce qui est important dans l'objectif à atteindre.


    Car le chien est habile à exploiter toute faille. SANS RIGUEUR, ON FAIT JOUJOU, et il finit par travailler au gré de ses envies : le concurrent se trouve tout bête le jour où, en concours, Kiki ne veut pas partir en piste, ou décroche à la première difficulté pour retourner à sa voiture. Plus grave encore, s’il laisse tomber son berger et ses moutons pour aller papillonner à sa fantaisie. Ce n'est pas "la faute au caractère du chien", mais "la faute au maître.


L'objectif de toutes ces activités (hors fonction strictement professionnelle, pour les chiens d'utilité au sens propre) n'est-il pas de favoriser et d'exploiter la complicité qui se crée ainsi entre maître et chien ?


    Non, la complicité se développe parallèlement, elle est un outil de la réussite, mais elle n'est pas l'objectif premier. Sans objectif de réussite, et si on n'est pas exigeant envers le chien, on donne dans le dilettantisme et on n'arrive à rien.
    C'est pourquoi on ne peut pas pratiquer correctement une discipline sans aller en concours (en dehors du travail professionnel), car c'est là seulement que s’évalue l'équipe chien et maître.
    Le chien aura autant de complicité, sinon plus, avec un maître rigoureux, mais juste, qui est un point d'appui sûr et lui donne des repères, qu'avec un maître plus laxiste qui est la porte ouverte aux fantaisies.

    Bien sûr, tout cela est à nuancer. Le bon dresseur ne manie pas que le bâton (au sens figuré !) à bon escient, il travaille aussi en permanence la motivation de son chien, en veillant à ne pas être rébarbatif, en variant les exercices, en l'encourageant, en vivant et en vibrant avec lui, il est lui-même une motivation pour son chien.
 

   Il sait aussi adapter ses exigences aux circonstances (météo par exemple, expérience de l'animal, montée du taux hormonal chez une chienne) et être psychologue, afin de ne pas en exiger plus qu'il est raisonnable d'attendre, quitte, certains jours, à en demander peu, pourvu que la réalisation soit impeccable.

 

 

 

Sommaire CONNAISSANCE DU PICARD 

 

Se décider pour un Picard en toute connaissance

Choisir un chiot picard sain

Santé du Picard 

Choisir un beau et bon Picard 

Caractère de mes trois picards 

Tordons le cou à quelques préjugés 

Le dressage 

Noms des Picards depuis les années 50 

Picard ou pas Picard ?

Le Berger Picard est il un berger ? (J. Legrand) 



30/08/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres