FLOX, cherche et apporte !

FLOX, cherche et apporte !

Chez Colette

 

   C’était bien, chez Colette
   On y retournera…


   Voilà, c’est fait : on est allé chez Colette ! Depuis longtemps, elle souhaitait nous voir, car il était intéressant pour elle d’observer en action Flox, le frère de sa propre chienne Fun, destinée à prendre le relais de Vasco auprès de ses moutons. Pour moi, il était intéressant d’observer comment, en presque un an, il aurait évolué.
 
   Alors, un p’tit coup de fil à Colette, un autre de Pascale qui devait revenir avec Bayaz, et nous voilà toutes trois d’accord sur une date.

   Premier plaisir : celui de revoir Pascale et Pilgrim, toujours alerte, et répondant gentiment aux assauts du Gamin, un joli petit gaillard bringé bien charpenté.
   Sidérant de voir à quel point il est à l’aise avec les brebis bien plus grosses que lui et n’éprouve aucune timidité ! L’instinct, il l’a ! Hardiment, il encercle, à droite, et surtout à gauche, car il est gaucher, et il ne s’en laisse pas conter. Il est bien tentant pour un grand bébé de happer au passage un peu de la laine odorante de ces grosses peluches qui courent vite : on laisse faire, il est important qu’il ait du plaisir !

   Car Colette, qui a la finesse des bons dresseurs, est très soucieuse de préserver la motivation du chien en ne l'accablant pas d'interdictions répétées : elle veut éviter par exemple de lui barrer constamment le passage, ou de le mettre sans cesse au STOP, pratiques fréquentes dans les stages, mais qui peuvent rapidement lasser et démotiver un picard.

   Elle a aimé le côté puissant et non mordeur de Flox. A 21 mois, malgré des entraînements réguliers au mordant, et de longs mois sans voir les bêtes, il ne confond toujours pas les moutons et l’homme d’attaque, mais montre son autorité aux brebis. Il fait semblant de les mordre à la tête : cela s’appelle de la contention. Il y a aussi ses coups d'oeil fréquents au "berger", montrant qu'il analyse la situation et réfléchit. Il a même réussi un premier STOP quasi instantané et s'est couché très facilement. C'était joli à voir. Etait-ce le réflexe acquis dans la garde au ferme ? Cela y ressemblait.
   Mais face à sa fougue, restée la même, il me faut être mobile et rapide, pour que le chien ait de quoi faire, ce qui n’est pas simple pour moi.

   Colette a mené un grand travail de réflexion. Partie de ses propres expériences et de ses lectures, d’auteurs anglais surtout, car elle n'a pas trouvé en France les réponses qu'elle cherchait, elle s’est constamment remise en question, pour aboutir à la démarche indispensable : l'analyse des situations, la lecture du chien, et la réponse adéquate. En deux mots : méthode et rigueur. Sa finesse et ses méthodes non conventionnelles, fruit de sa recherche personnelle, s'adaptent parfaitement aux picards.
 

  



19/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres