FLOX, cherche et apporte !

FLOX, cherche et apporte !

Caractère de Flox à 2 ans

  
   Comme le temps passe vite !  Flox a deux ans.
 
   L'affreux jojo qui raflait tout sur les tables s'est progressivement assagi.
  Au point, si je ne sors pas, de passer une journée entière à mes pieds, en se laissant complètement oublier. Les portes dans la maison restent ouvertes de haut en bas, jour et nuit : il est tranquille comme une image.
   Les jouets du premier jour sont encore intacts, y compris le ballon en fourrure multicolore qu'il continue, couché en sphinx, à couver entre ses deux pattes et son museau : eh oui, c'est son doudou !
  Le comble, il n'est même plus voleur !
 
   Resté amical avec ses congénères, y compris ceux du même sexe, il a tenté, en promenade, de faire ses amabilités à un épagneul papillon, qui l'a repoussé : c'était drôle de voir le mini-chien faire reculer le grand, respectueux, qui l'invitait à jouer, mais aurait pu n’en faire qu’une bouchée. Il reste donc en toute confiance avec des Yorkshires de 2 kg à tout casser.
 
   Je le laisse en arrivant au club dans une des cages mitoyennes construites en parpaings et fermées par une porte en grillage rigide. Nous sommes accueillis par les aboiements féroces des occupants, mais, impassible et nullement impressionné, il approche le nez de leur grillage, semblant sourire de leur colère. Il est un des rares qu'on n'entend jamais aboyer et qui n'a causé aucun dégât : d'autres ont complètement tordu et arraché les portes.
   Je suppose cependant que, si un autre mâle le cherche, il le trouvera, mais je ne pense pas qu'il sera à l'origine des hostilités.
   Il s'est ainsi taillé au club une réputation de chien joyeux et gentil, qui aime tous les chiens et ne répond pas aux grincheux, qui aime tous les humains et leur fait des bisous.
 
   Une fois passée la porte de la maison, les visiteurs sont les bienvenus et reçoivent, s'ils les acceptent, de grandes démonstrations affectueuses, tout comme les humains de rencontre : rien de ce recul, de cette méfiance, dont on parle parfois à propos du picard.
 
 
 
 
   Dans de nombreuses situations, il marque comme un temps de réflexion avant d'agir : s'immobilise, éventuellement s'assoit, et observe, ce qui me donne le temps de réagir en conséquence. Il est pourtant vigilant et très réactif dans le mordant.
 
   Il s'est peu à peu mis aux ordres, sans que j'élève la voix. Je ne l'ai jamais brusqué, secoué, ou pris à rebrousse poil. Je n'ai utilisé que la laisse lasso, pas même le collier chaînette. Il a mûri tout naturellement, est devenu de plus en plus malléable, et nous nous sommes faits l'un à l'autre. Il fallait juste attendre que jeunesse se passe.
   Il exécute de bonne grâce même les exercices d'obéissance rébarbatifs comme la suite au pied muselée. Le saut en hauteur et le rapport d'objet se font avec la meilleure volonté qui soit. Dans le mordant, les cessations sont immédiates et les retours au pied rapides et joyeux : j'ai cette chance qu'il soit bien fixé sur moi et obéissant.
 
   J'attends avec impatience la reprise du pistage pour y constater son évolution.
 
 
 

 



25/07/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres